Historique

C’est dans les années 1920 que l’assemblée de chrétiens a vu le jour dans les quartiers ouest de Nantes. Les origines de l’église demeurent quelques peu mal connues par le fait que les archives ont été détruites pendant la deuxième guerre mondiale. Les premières traces écrites de son existence se trouvent dans le titre de propriété de son ancien local sis 28 boulevard de la Solidarité dans le quartier Émile Zola de Nantes.

L’assemblée a été fondée sans doute par un homme d’affaire britannique, Monsieur Brooks. C’est lui, en tout cas, qui a cédé en 1927 à l’association cultuelle domiciliée à Paris, une partie de son terrain où se trouvait une petite chapelle. Le premier bâtiment était assez modeste. Monsieur Brooks étant associé avec les Assemblées de Frères en Angleterre, cette jeune assemblée se trouvait donc attachée dès le début aux Assemblées de Frères en France.

La deuxième guerre mondiale a fait des ravages. La petite communauté était dispersée et les occupants réquisitionnaient régulièrement la chapelle. Après la guerre, le modeste groupe s’est reconstitué et a récupéré son local. C’est alors que Monsieur Catton, un missionnaire britannique, et son beau-frère Monsieur René Héraud sont venus poursuivre le développement de l’Eglise. Leur travail à côté des frères et sœurs sur place a été énormément apprécié et l’assemblée a connu une certaine croissance malgré quelques turbulences.

Un travail important d’évangélisation a été mené depuis Nantes à Mouchamps (85), Angers (49), Saint-Nazaire (44) et Rennes (35).

Ce travail comportait des visites, des films et des conférences. Des camps de famille ont également été organisés au Crozet (01) et à Jersey en 1954 et 1955.

Après le départ de Monsieur Catton en 1975, les quelques familles restantes ont persévéré dans le témoignage. André et Évelyne Pallier sont revenus à Nantes rejoignant Jean et Suzanne Pallier pour soutenir et encourager l’assemblée.

En 1986, l’assemblée a pu rénover et agrandir le local toujours situé au 28, boulevard de la solidarité pour en faire une petite chapelle très accueillante.

Le Seigneur a béni la fidélité et les efforts d’évangélisation de l’assemblée et l’église a commencé à grandir. Pour faire face aux nouveaux défis et pour aider dans le développement de l’œuvre à Nantes, ils ont invité Gérald et Dorothée Seed,  missionnaires canadien et irlandaise, à venir les rejoindre. Dès leur arrivée, l’assemblée leur a proposé d’habiter dans les quartiers nord-est de la ville en vue d’un travail d’implantation d’église. A l’époque, il n’y avait aucune église évangélique dans le secteur mais quelques familles y habitaient déjà.

La croissance a continué jusqu’à ce que le bâtiment rénové devienne trop petit. L’idée d’un essaimage a été proposée à ce moment-là mais il était évident que le départ de ceux qui habitaient le secteur nord-est laisserait l’Eglise mère trop affaiblie.

C’est alors que l’Eglise a cherché une autre solution qui lui permettrait de grandir dans le but d’essaimer. Elle a pu vendre la chapelle après bien des péripéties. Mais n’ayant pas trouvé d’autres locaux, elle s’est trouvée sans domicile fixe pendant 3 ans (septembre 1999 à juillet 2002). Lors de cette période, elle a pu louer des salles dans le foyer de jeunes travailleurs sur l’île de Nantes.

En 2002, le Seigneur a permis à l’église de construire un nouveau bâtiment 137, rue du Corps de Garde, non loin du premier local dans le secteur ouest de Nantes. Rapidement, le nouveau bâtiment est devenu trop petit malgré une capacité d’accueil de plus de deux fois l’ancienne salle. Cela a encouragé l’Eglise à relancer le projet d’un essaimage dans les quartiers nord-est de la ville.

En janvier 2006, il y eut un premier culte mensuel pour le nouveau groupe à l’hôtel de la Beaujoire. En janvier 2007, la fréquence a été augmentée à deux cultes par mois dans le même hôtel. Lorsqu’en septembre 2008 la nouvelle Eglise a commencé à se réunir tous les dimanches, il était évident que le fait de se retrouver dans l’hôtel ne permettait pas une visibilité dans le quartier et que c’était en réalité un frein à la croissance. L’Eglise a commencé à rechercher d’autres solutions. Au mois de juin 2009, le Seigneur a permis la location de locaux 20, route de Carquefou à Nantes à un prix très intéressant. C’était une grande bénédiction. Après quelques travaux pour agrandir la salle de culte, l’Église a pu intégrer les locaux en septembre 2009.

En juin 2010, une nouvelle étape a été franchie avec la création d’une association cultuelle (1905) : Église Protestante Évangélique de Nantes la Beaujoire et une association culturelle (1901) : Partajoie. Même si l’Eglise de la Beaujoire fonctionne maintenant de manière tout à fait autonome avec son propre conseil d’Eglise (2010) et son propre conseil d’anciens (2012), elle garde des liens fraternels très forts avec l’Eglise mère : Église Protestante Évangélique de Nantes Ouest.

Depuis début août 2014, l’Eglise a intégré son nouveau bâtiment au 51, boulevard de la Beaujoire à Nantes.